Anticensure

7 février

Permis de publier

Classé sous Censure Internet — Anticensure @ 9 h 10 min

Permis de publier sur Internet

Ce n’est pas une blague, on parle bien d’un permis de publier sur Intenret. La mise en place de licences pour les sites d’information est également une pratique courante pour contrôler l’information en ligne. Ainsi à Singapour, en juin 2013, les autorités ont mis en place une véritable barrière économique pour les médias en ligne. Les sites recevant plus de 50 000 visiteurs mensuels et publiant plus d’un article par semaine sur le pays doivent acquérir une licence individuelle facturée l’équivalent de 29 000 euros et renouvelable tous les ans.

Depuis 2007, en Ouzbékistan, les sites d’information sont assimilés aux autres types de médias et ont l’obligation de s’enregistrer auprès des autorités. La procédure d’enregistrement est arbitraire et l’accréditation soumise à un examen du contenu.

En Arabie Saoudite, depuis 2001, les sites de médias traditionnels doivent demander une licence auprès du ministère de l’Information et de la Culture. Celle-ci doit être renouvelée tous les trois ans et peut être facilement refusée. Ce tour de la censure et de la surveillance sur Internet est loin d’être exhaustif. Il est fort probable que les documents d’Edward Snowden, feuilletonnés depuis juin 2013 par le journaliste Glenn Greenwald, nous apprendront l’existence d’autres pratiques au cours des mois à venir. La dernière en date, et peut-être la plus scandaleuse, l’existence d’un programme Optic Nerve destiné à capturer les images de webcams de millions d’internautes utilisateurs des services de Yahoo, semble démontrer la totale absence de limites des agences de renseignement.

Quels sont alors les axes de riposte possibles pour préserver la liberté de l’information en ligne ?
Il est essentiel d’agir au niveau des institutions internationales pour renforcer le cadre juridique relatif à la surveillance d’Internet, à la protection des données et à l’exportation de matériel de surveillance informatique. Il importe de former les acteurs de l’information à la protection de leurs données et communications ; Reporters sans frontières s’est engagée sur ce terrain depuis plusieurs années et organise des ateliers de sensibilisation en France, en Suisse, en Egypte, en Tunisie, en Turquie, en Thaïlande, en Afghanistan, au Tadjikistan, etc. Il faut continuer à informer sur les pratiques de surveillance et de censure.

Mots-clés :

Laisser un commentaire

Lesdelicesdhelene |
Les SDF en france |
Mon Projet Personnel et Pro... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rumigny en questions
| Projets Eau
| le japon : une affaire de m...