Anticensure

9 avril

Cyber-surveillance au Canada

Classé sous Cyber-surveillance — Anticensure @ 9 h 03 min

Cyber-surveillance au Canada

Le Canada n’est pas épargné par la cyber-surveillance. De révélations concernant la cyber-surveillance au Canada viennent d’être dévoilés. Les services canadiens de renseignement recueillent chaque mois des millions de courriels échangés par des Canadiens et les conservent alors que leurs activités concernent officiellement l’étranger. Le Centre de la sécurité des télécommunications du Canada (CST) va à la pêche aux terroristes et à d’éventuels complots en scrutant à la loupe des millions de documents, notamment vidéo, partagés en ligne chaque jour, a appris le réseau anglais de Radio-Canada. Le CST a espionné les partages de millions d’individus à travers le monde. Des fichiers partagés par des Canadiens se sont retrouvés par erreur dans les lots de documents analysés. La loi interdisant à l’agence d’espionner des Canadiens, le CST soutient avoir mis en place des mécanismes pour protéger la vie privée de ses concitoyens contre ces intrusions malheureuses.

Les détails du programme de sécurité canadien intitulé « Lévitation » ont été révélés par le lanceur d’alerte américain, Edward Snowden.

Les analystes de l’agence peuvent scruter quotidiennement de 10 à 15 millions de fichiers partagés à partir de 102 sites Internet gratuits. L’agence de sécurité a notamment ciblé les sites de partage de fichiers populaires. Des 30 à 45 millions documents ainsi analysés chaque mois, seulement 350 d’entre eux sont dignes d’intérêt. Par ailleurs l’agence CST s’est servie du système wifi d’un aéroport pendant deux semaines pour obtenir des informations à partir des appareils mobiles des voyageurs. Ainsi, selon les experts, de nombreux Canadiens ont dû traverser le terminal sans se rendre compte que les signaux de leur téléphone intelligent et de leur portable étaient interceptés.

Créé pendant la seconde guerre mondiale, le CST est la seule agence du renseignement canadienne à ne pas être encadrée par une loi.

Avec un budget annuel de 850 millions de dollars, cette agence de surveillance emploie plus de 2000 personnes, dans son siège d’Ottawa, mais aussi dans des dizaines d’ambassades canadiennes où des centres d’interceptions électroniques ont été établis en coordination avec les agences partenaires des Five Eyes. Ces Five Eyes au coeur de bien des scandales concernant la cyber-surveillance avec la NSA américaine, le CST canadien, le GCHQ britannique, l’ASD australien et le GCSB néo-zélandais.

Mots-clés : ,

Lesdelicesdhelene |
Les SDF en france |
Mon Projet Personnel et Pro... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rumigny en questions
| Projets Eau
| le japon : une affaire de m...